Minus sans lactose

Pourquoi devient-on intolérant au lactose ?

Pourquoi devient-on intolérant au lactose ?

 

Le programme de recherche, LeCHE « Lactase pesistant and the Cultural history of Europe »,  démarré en 2009, est destiné à comprendre comment s’est installée la « lactase persistance » dans les populations.

Ce projet qui a réuni plusieurs laboratoires  de recherches européens autour de nombreuses compétences (archéozoologue, archéobotaniste, anthropologue, généticien, chimiste) et de technologies de pointe  a livré ses conclusions fin 2013.

 

Qu’est ce que la « lactase persistance » ?

Il s’agit d’un phénomène génétique qui permet à des individus d’avoir, une fois  sevré, la capacité de continuer à digérer le lait.

Au départ, L’Homme était « programmé » pour digérer le lait pendant ses premiers mois d’existence. Une fois sevré, le petit homme n’ayant plus besoin de lactase, cette enzyme produite par les cellules de la paroi intestinale, qui a la capacité d’hydrolyser le lactose en glucose et galactose, se tarissait.

Or aujourd’hui, en Europe et sur une partie du continent africain une majorité d’individus présentent, à l’âge adulte la capacité à produire de la lactase, pouvant ainsi continuer à consommer du lait. Ce phénomène est appelé « lactase persistance ».

 

Comment cette mutation génétique est-elle apparue et pourquoi ?

« Il y a 110 00 ans, alors que l’agriculture commence à remplacer la chasse et la cueillette au Proche-Orient, les éleveurs élaborent des techniques de fermentation permettant de produire du yaourt et du fromage comportant une quantité tolérable de lactose. Plusieurs milliers d’années plus tard une mutation génétique se répand en Europe permettant à sa population de continuer à produire de la lactase à l’âge adulte (….). Cette adaptation leur donne accès à une nouvelle source d’alimentation très nutritive », constituant un « avantage sélectif majeur. »*

Mais toutes les populations ne se sont pas sédentarisées au même rythme, ni dans les mêmes conditions. L’élevage n’était pas toujours lié à l’exploitation des ressources laitières, qui imposait d‘abattre les jeunes animaux afin de pouvoir traire les mères.

L’exploitation laitière s’est néanmoins propagée ; Selon les chercheurs, la « lactase persistance » prévale depuis environ 5 000 ans en Europe du Nord et du Centre. Elle s’est répandue  au cours des derniers siècles sur l’ensemble des continents, au gré des migrations humaines.

 

Ce qu’il faut retenir

On ne devient pas intolérant au lactose, on l’est dès sa naissance, génétiquement. L’intolérance au lactose n’est donc pas une pathologie mais plutôt « un profil ». Seulement 35% de la population mondiale serait « lactase persistante » (source M.Leonardi et al. International dairy journal – 2012), et cela en étroite corrélation avec l’histoire de nos très lointains ancêtres et de leur environnement.



* LeCHE - résultats