Minus sans lactose

A qui s'adresse le régime sans lait ?

A qui s'adresse le régime sans lait ?

 

Le lait est un aliment qui fait polémique. Introduit dans l’alimentation humaine depuis environ dix mille ans, il est pour certains considéré comme la cause de nombreuses pathologies. Ainsi, le régime « sans lait » excluant toute forme de laitages, souvent issu de préjugés infondés, est apparu comme « la solution » pour soigner otites, affections rhumatismales, et même autisme.

Qu'en est-il réellement ?

Selon Jean Louis SCHLIENGER*, le lien entre consommation de lait et affections rhumatismales, otites, autisme et affections à connotations immunitaires ne sont que « des supputations élaborées à partir de données disparates glanées dans la littérature sans aucun élément de preuve1 ».

Il reproche à ces détracteurs de sélectionner les études pour apporter des preuves à leur théorie. Or, si effectivement certaines études mettent en évidence des liens entre le lait et ces maladies, on en trouve d’autres qui ne montrent aucune relation entre la consommation de laitages et ces pathologies chroniques. Dans certaines études cliniques, on peut même rencontrer des conclusions opposées (une survenue significativement plus faible de la maladie chez des grands consommateurs de lait).

Pour d’autres pathologies, il semble même qu’aucune preuve scientifique ne vienne étayer le bien fondé du régime sans lait. C’est le cas par exemple dans la prise en charge de l’autisme ou encore des affections à connotation immunitaire comme l’eczéma atopique ou encore la sclérose en plaque. 

Cependant, dans le contexte particulier que représentent ces maladies chroniques pour lesquelles il n’existe pas de traitement efficace, les professionnels de santé doivent écouter le désarroi des proches, et comprendre leur souhait de vouloir agir en faisant pourquoi pas, le choix d’une alimentation particulière. Les études ne peuvent certes pas démontrer de lien entre le lait et ces maladies, elles enregistrent toutefois des cas de patients pour lesquels les symptômes s’améliorent ! Face à ses situations, le personnel médical doit rester bienveillant, accepter ces « croyances », accompagner et redoubler d’attention pour éviter tout dérapage vers une dénutrition.
 
A qui d'adresse vraiment le régime sans lait ? Et avec quelles conséquences ?
 

Car évincer le lait de son alimentation n’est pas sans conséquence sur l’équilibre alimentaire. Les laitages représentent la source principale de calcium, de potassium, d’iode, de vitamine A, un apport intéressant de protéines, de phosphore et les exclure d’un régime alimentaire sous entend des complémentations à moyens et longs termes. Une prise en charge par un diététicien est incontournable.

Le régime sans lait n’est médicalement prescrit que dans des cas bien spécifiques que sont l ‘allergie aux protéines du lait, l’intolérance au lactose, le syndrome de déficit cérébral en folates (affection rare) et la constipation chronique chez l’enfant pour lequel « l’instauration d’un régime sans lait pendant quelques semaines semble être une solution intéressante et validée ».

 
Ce qu'il faut retenir
 
Le régime sans lait n’est pas anodin. Il entraine à moyens et longs termes des déséquilibres  alimentaires qu’il sera nécessaire de corriger. Un avis médical et une prise en charge diététique sont indispensables pour éviter la dénutrition.


1 Jean Louis SCHLIENGER Professeur émérite – Régime sans lait, faits et fantasmes – pratiques en nutrition – juillet sept 2014